Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

...

   
contact

 

pour en (a)voir encore plus 

facebook-copie-2

twitt-copie-1 rss-copie-1

Ajouter à Netvibes

http://www.wikio.fr

4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 16:04

On avait un doute... Maintenant, on commence à en être convaincu...
 



laissons de côté les cas particuliers et élargissons le propos un instant...

Si on résume la pensée de quelques uns : membre du gouvernement, tu es... la parole unique du chef, tu respecteras...

Qu'il y ait un minimum de solidarité entre les membres du gouvernement, cela se conçoit, mais jusqu'où cela doit aller ??
Il ne faut pas tout mélanger : on peut être solidaire sans pour autant se transformer en mouton courant avec la meute dans le sens voulu par le berger...
Repost 0
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 11:38

Autant l'écrire dès le départ, j'ai mis un certains temps avant de commencer à apprécier le travail de Guillaume Durand...
Epargnons nous le retour sur la carrière du bonhomme, d'autres le feront sans doute beaucoup mieux que moi...

J'aime bien "l'objet du scandale"... J'apprécie l'émission ; pas d'un seul bloc ; il y a sûrement beaucoup de choses à retirer mais le peu que j'en garde peut parfois me suffir...
J'ai commencé à la regarder à l'époque où elle se trouvait coincée "entre deux Michel Drucker" le dimanche après-midi...
Je me suis réjouis quand j'ai appris qu'elle allait être programmée le mercredi soir en direct...
Dès lors, autant que je l'ai pu, je l'ai regardée
Les sujets m'intéressaient parfois plus que l'exposition qui leur été donnée...mais il restait toujours un petit quelque chose...
 



J'ai entendu Jean-Marie Bigard sur Europe 1 dans l'émission de Laurent Ruquier...
J'ai vu Matthieu kassovitz sur France 3 dans l'émission de Frédéric Taddéi...
Et, je n'ai pas compris...
Les affirmations de l'un et de l'autre, je les ai comprises ; mais la suite qui a été donnée, beaucoup moins...

Voilà deux personnes qui viennent faire part de leur doute, qui se posent des questions... Ils n'affirment rien, ils s'interrogent...
Et, en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, nombreux sont ceux qui extrapolent, qui font les rapprochements les plus dégueulasses...

Période bizarre où on ne peut discuter de rien ou de si peu, où s'interroger c'est nier...

En fait, le 11 septembre est un de ces sujets qui ne doit pas être discuté (ou, en tout cas, mieux vaut éviter que cela se sache). C'est comme ça ; on ne discute les vérités établies, on ne discute pas les versions officielles...

On écoute, on enregistre et on acquiesse...

 

 



Un mercredi soir, après avoir développé quelques sujets, Guillaume Durand s'était gardé du temps pour aborder ce sujet...
Et voilà que le spectacle commence... le ton est donné... des individus, présentés comme des experts, viennent chacun leur tour démonter les arguments de ceux qui ne sont pas en accord avec la version officielle...et rien d'autre... pas une once de contradiction... en tout cas, pas durant l'émission...parce qu'en dehors, sur Internet, les sujets relatifs à cette séquence ont fleuris sur de nombreux forums à commencer par celui dédié à l'émission sur le site de france 2...

Au début de la semaine, en voyant la bande annonce de l'émission, je découvrais que Matthieu Kassovitz et Jean-Marie Bigard allait être invités pour s'expliquer...
Un sujet sur Jean Pierre Treiber, un autre sur Stéphane Guillon... Et, voilà...il est l'heure...

Une fois encore, dès le départ, c'est mal barré...
Les deux invités viennent expliquer leurs doutes, manifester leur trouble face à certains éléments...
Face à eux, deux individus, présentés comme des journalistes,...l'un d'entre eux décide directement d'attaquer les théories de ceux identifiés comme des conspirationnistes, extrapolant encore... tout est dans la nuance...

Ils parlent de doute, ils se posent des questions, ils s'interrogent ; ce que font parfois les journalistes...

On apprend également que deux autres individus (un journaliste et un scientifique) auraient dû être présents pour développer quelques arguments mais ils ont été décommandé au dernier moment...
La raison, selon Guillaume Durand, : ayant l'expérience du direct, il le sait et il le dit, trop de monde présent sur le plateau, ça finit mal, dans un bordel sans nom...
Alors là, deux choses :

d'une, si vraiment on a peur qu'il y ait trop de monde sur le plateau, on fait venir le journaliste et le scientifique qui semblent tout de même avoir plus de chose à dire...

de deux, si l'espace d'un instant on compare les deux émissions,
dans la première, il y en avait du monde sur le plateau (sans qu'il soit tous utiles d'ailleurs) et pas de contradiction, des individus  présentés comme des experts dont la parole ne peut pas être mise en doute...
dans la seconde, deux artistes, privés au dernier moment d'un journaliste et d'un scientifique, face à deux contradicteurs (journalistes)


Rajoutons à cela que celui qui aurait dû rester un arbitre impartial glissa très vite dans le "bon" camp...
Le débat était déjà mort...

Mais, pourquoi avez-t-on invité Jean-Marie Bigard et Matthieu Kassovitz ?
Je n'ose écrire la première réponse qui me vient à l'esprit...

 

 

 


 

 

 

Repost 0
Published by l'auteur - dans médias
commenter cet article
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 20:13

Voilà, c'est chose faite...
Aujourd'hui, Frédéric Lefebvre, porte parole de l'UMP, a prêté serment comme avocat au barreau de Paris...
Celui qui a rendu en juin son siège de député à André SANTINI et qui a longtemps été annoncé au gouvernement est donc maintenant avocat...


 
 

Réglement Intérieur National de la profession d'avocat

 Article 1er : les principes essentiels de la profession d’avocat
(L. art. 1-I alinéa 3, art. 3 alinéa 2, art. 15 alinéa 2 ; D. 12 juill. 2005, art. 1, 2 et 3 ; D. 27 nov. 1991 art. 183)

Profession libérale et indépendante

 

1.1 La profession d’avocat est une profession libérale et indépendante quel que soit son mode d’exercice .

 

1.2 L’avocat fait partie d’un barreau administré par un conseil de l’Ordre.

 

Respect et interprétation des règles

 

1.3 Les principes essentiels de la profession guident le comportement de l’avocat en toutes circonstances.

 

L’avocat exerce ses fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité, dans le respect des termes de son serment.

 

Il respecte en outre, dans cet exercice, les principes d’honneur, de loyauté, de désintéressement, de confraternité, de délicatesse, de modération et de courtoisie.

 

Il fait preuve, à l’égard de ses clients, de compétence, de dévouement, de diligence et de prudence.

 

Discipline

 

1.4 La méconnaissance d’un seul de ces principes, règles et devoirs, constitue en application de l’article 183 du décret du 27 novembre 1991 une faute pouvant entraîner une sanction disciplinaire. 

 


Repost 0
Published by l'auteur - dans avocat déontologie
commenter cet article
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 13:18
Depuis dimanche, la famille s'est agrandie...
Deux nouveaux fichiers sont apparus...
ils comportent quelques articles..
ils se portent bien ; les parents aussi...

Après la triste disparition, avant même sa naissance officielle, d'EDVIGE, ses parents se sentaient tristes, abandonnés, ils leurs manquaient quelque chose...
Heureusement, le gentil Brice a pris sa plume pour rédiger deux beaux décrets publiés au journal officiel de dimanche...
Ironie de l'histoire : les deux merveilleux textes ont été signés le 16 octobre... le jour de la sainte EDVIGE...

Suite aux événements survenus dans les rues de Poitiers, le NPA craignait le retour d'EDVIGE... Qu'il soit rassuré, il n'en est rien...les deux nouveaux venus ont des noms beaucoup moins originaux :

Décret n° 2009-1249 du 16 octobre 2009 portant création d'un traitement de données à caractère personnel relatif à la prévention des atteintes à la sécurité publique

Décret n° 2009-1250 du 16 octobre 2009 portant création d'un traitement automatisé de données à caractère personnel relatif aux enquêtes administratives liées à la sécurité publique




les fichiers en général...


Chacun a le droit au respect de sa vie privée mais il n'est pas anormal que, notamment dans un but de protection de l'intérêt général, les autorités disposent de certaines informations objectives sur les individus...d'où la constitution de fichiers...
Au départ, il y en a quelques uns ; puis, quelques autres ; et, on élargit encore...

Tout cela entraîne tout de même plusieurs interrogations, n'en balançons que quelques unes :
- le contenu du fichier ?
- la finalité du fichier ?
- les personnes ayant accès aux informations ?
- l'utilisation des infos ?
- la mise à jour des données ?
- les erreurs possibles ?
- le contrôle des infos ?
- le devenir de ces infos ?
...
et, comme l'a démontré la Cnil avec l'exemple du STIC, il y a des raisons de s'inquiéter...



les nouveaux venus...


Quand, je lis un texte, j'ai une tendance inconsciente à le commenter...alors, allons-y :

le premier décret :


- article 1 :

le ministre s'autorise à mettre en place un nouveau fichier, comme c'est gentil...

le but du fichier est donc "de recueillir, de conserver et d'analyser les informations qui concernent des personnes dont l'activité individuelle ou collective indique qu'elles peuvent porter atteinte à la sécurité publique."
pourquoi pas ? mais cela reste tout de même assez large ; quelques précisions sur l'activité en question ne serait pas de trop...

"Ce traitement a notamment pour finalité de recueillir, de conserver et d'analyser les informations qui concernent les personnes susceptibles d'être impliquées dans des actions de violence collectives, en particulier en milieu urbain ou à l'occasion de manifestations sportives."

Et, voilà ça dérape un peu plus, le fichier va donc contenir des infos concernant des personnes susceptibles d'être impliquées, le texte ne dit pas qu'il s'agit des auteurs, des mis en cause, ...C'est sans le doute l'art divinatoire, le flair ou je ne sais quoi d'autre qui permet de dire que tel individu mérite d'être fiché...


- article 2 :

on en arrive à la liste des données pouvant être enregistrées :

1° Motif de l'enregistrement ;
2° Informations ayant trait à l'état civil, à la nationalité et à la profession, adresses physiques, numéros de téléphone et adresses électroniques ;
3° Signes physiques particuliers et objectifs, photographies ;
4° Titres d'identité ;
5° Immatriculation des véhicules ;
6° Informations patrimoniales ;
7° Activités publiques, comportement et déplacements ;
8° Agissements susceptibles de recevoir une qualification pénale ;
9° Personnes entretenant ou ayant entretenu des relations directes et non fortuites avec l'intéressé.

le dérapage continue avec entre autre le neuvième point,
une personne entretenant ou ayant entretenu des relations directes et non fortuites avec un individu susceptible d'être impliqué dans des actions de violences collectives... ça risque d'en faire du monde à ficher...


- article 3 :

celui-ci vient tout simplement instaurer une dérogation à la législation sur les fichiers en permettant de stocker des informations relatives :
"  à des signes physiques particuliers et objectifs comme éléments de signalement des personnes ;
   à l'origine géographique ;
   à des activités politiques, philosophiques, religieuses ou syndicales."

(EDVIGE, sors de ce corps !!! )

il n'a plus de limites...et tout cela pour les personnes susceptibles d'être impliquées dans des actions de violences collectives...


- article 4 :

soyons rassurés, les données "ne peuvent être conservées plus de dix ans après l'intervention du dernier événement de nature à faire apparaître un risque d'atteinte à la sécurité publique ayant donné lieu à un enregistrement."


- article 5 :

ouf !, les mineurs d'au moins treize ans ne sont pas oubliés...eux aussi vont pouvoir être fichés...à condition d'être susceptibles d'être impliqués bien sûr
Notons tout de même que pour eux, la conservation ne peut durer plus de trois ans...


- article 6 :

qui peut avoir accès aux données ?

Les agents des services spécialisés (information générale et renseignement) mais aussi toute la maréchaussée : «  tout autre agent d'un service de la police nationale ou de la gendarmerie nationale, sur demande expresse précisant l'identité du demandeur, l'objet et les motifs de la consultation. Les demandes sont agréées par les responsables des services mentionnés aux 1° à 3°. »


[...]


- article 9 :

il rappelle que, conformément aux dispositions de la loi informatique et libertés, le droit d'accès aux données s'exerce via la CNIL... mais, dans notre cas, sont exclus le droit d'information et le droit d'opposition...


que c'est fatigant de
lire !!!
d'ailleurs, j'vais m'arrêter là
on verra bien si je suis motivé un peu plus tard pour commencer la lecture du deuxième texte

à suivre... ou pas
Repost 0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 09:26

Gérard est un homme qui a malheureusement des théories sur presque tout :

Ce matin, je me suis posé une question : pourquoi donc que j'peux pas fumer où c'est que j'veux et quand j'veux d'abord ? et puis, pourquoi que j'peux pas boire autant que je veux sans avoir de problèmes ? ...

"C'est la loi Gérard" m'a alors répondu le petit Fredo qui buvait son café avant d'aller à l'université d'à côté...
J'l'aime bien le peit Fredo mais c'est peut être un petit peu simple comme réponse, on voit bien qu'il est qu'au début de sa longue carrière d'étudiant...

C'est la loi, d'accord, mais qui c'est qui la fait la loi? c'est ceux du parlement, on est d'accord...
et j'voudrais pas dire mais s'ils peuvent faire leur loi, c'est quand même un peu à cause de moi...il parait qu'ils me représentent...alors pourquoi qu'ils me laissent pas picoler et cloper en paix ???
"C'est pour ton bien" qui me dirait le petit Fredo s'il était encore là...
pour mon bien, et qu'est ce qu'ils en savent que ça me fait du bien d'abord ???

Moi, jlui dirais la vérité au petit Fredo...
Avec eux, c'est toujours la même chose et ça date pas d'hier...déjà, quand il y avait vraiment un roi c'était comme ça...
celui qui a le trône s'amuse avec ceux qui l'entourent mais pas question que le peuple puissent faire pareil...
Ça baise, ça fait chier son monde, ça picole et tout et tout...et les autres, ils n'ont pas intérêt à bouger une oreille...
et pour être sur que ça continue comme ça, ils font parfois des lois pour interdire ceci, pour limiter cela...parce que la loi, c'est d'abord un truc que quelques uns décident pour beaucoup d'autres...
C'est eux qui décident, soit disant en notre nom, ce qui est bien, c'qui est mal et tout le tralala...

Tu prends les petits plaisirs de la vie comme un p'tit truc pour se sentir mieux et halluciner un peu, et ben avant, c'était que pour quelques uns ; ils étaient super contents, ils s'réunissaient dans leurs petites salons, ils s'faisaient des petites soirées dont on peut même pas imaginer...
Et puis un jour, le peuple, il a voulu y croquer aussi, il s'est dit qu'y avait pas de raisons, que lui aussi il avait bien le droit de se faire plaisir...

Et ben nan, voilà que la belle classe dominante dit qu'elle est pas d'accord, qu'elle nous pond une de ces lois... Tant que c'était que pour elle, ça allait ; mais, si le peuple veut y toucher, ça change tout...



"Qu'est ce tu racontes encore Gérard ???"
C'était Mathilde qui sortait de la boucherie et qui venait récupérer son homme pour qu'il l'aide à préparer le repas du midi...après, ce sera le journal de 13h, ils s'endormiront sûrement devant pour mieux se réveiller à la première note du générique des Feux de l'amour...
Faut dire qu'elle aime bien, ça lui fait penser à la vie qu'elle aurait sans doute dû avoir ; c'est ce qu'elle dit...

 

Repost 0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 10:17

Les mots ont-ils encore un sens?

A chaque fois, le scénario est plus ou moins le même : une infraction considérée par une majorité de la société comme "horrible", "monstrueuse", "anormale"...a lieu ; les mots fusent pour qualifier l'auteur des faits, parfois même alors qu'il reste présumé innocent : "un monstre", "une bête", "un animal" ou pire encore...

Et, jusqu'à ce qu'on me démontre le contraire, un homme n'est pas une bête, ni un monstre ni un animal...
La justice s'applique aux Hommes, pas aux monstres, aux animaux ou aux bêtes... Il fut un temps où cela était différent, une époque où l'on "jugeait" l'animal qui avait tué un être humain, mais l'Homme a évolué et il a fini par ne sanctionner que les comportements fautifs de l'être humain.... tout simplement parce qu'il agit avec intelligence et volonté ou avec le discernement nécessaire et l'absence de contraintes.

Si on poursuit un tout petit peu le raisonnement de ceux qui ont pris l'habitude de qualifier les auteurs de certaines infractions de monstres, cela s'effronde vite...
L'auteur est un monstre, ce n'est donc pas un être humain, il ne relève donc pas de la justice des Hommes.
Raisonnement un peu simpliste sans doute...

Mais alors, pourquoi donc définir ces êtres ainsi ?
A mon avis, et ce n'est que le mien, les raisons sont multiples, certaines sont avouables et d'autres un peu moins...
Finalement, en réagissant comme cela, on en arrive à faire le tri dans l'espèce humaine en excluant de la catégorie les éléments qui, en fonction de critères bien subjectifs, n'y ont pas ou plus leur place...on sélectionne ceux qui ont le droit de se prévaloir de la qualité d'être humain. Les autres ne méritent pas cet honneur... Ils ne sont pas des Hommes...
on se débarasse des mauvais éléments, ceux qui ne remplissent pas les conditions nécessaires
... enfin bon, je m'arrête là pour le moment...

Repost 0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 09:47

Faut-il intituler ou titrer les articles de ce blog ?

La question que je me pose est double, il convient donc de tenter de répondre successivement aux deux aspects qu'elle soulève.

 

Tout d'abord, nous allons nous demander s'il faut intituler ou titrer les articles de ce blog.

Puis, nous nous intéresserons au second point de notre raisonnement ; autrement dit, faut il intituler ou titrer les articles de ce blog ? (très scolaire comme présentation)

 

Soyons logique, commençons par le début, la première partie du questionnement...

Pour cela, mettez vous à ma place (vous allez voir que ce n'est pas si facile)

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, j'espère pour vous que non, mais il m'arrive parfois de passer du temps à réfléchir sur des trucs qui n'intéressent sans doute personne, même pas moi ; un exemple : notre réflexion du moment (enfin ! surtout la mienne) en est un.

En effet, si la langue française, aussi complexe qu'elle soit, a prévu deux mots (intituler et titrer), il y a sûrement une raison à cela, l'un comme l'autre ne veulent peut-être pas dire la même chose.

 

Pour en avoir le cœur net et avancer un peu plus dans ma quête, je  décide de m'équiper d'un accessoire dont l'aspect laisserait à penser qu'il s'agit du 3ème volume d'une grande encyclopédie.

Je le porte, je l'ouvre, je le feuillette, je tourne les pages et je lis :

 

« intitulé : n.m. titre d'un livre, d'un chapitre, d'une loi, d'un jugement, etc. »

 

stupeur, horreur, angoisse, frustration, l'intitulé est donc un titre ; ma belle théorie tombe à plat.

 

Mon chemin ne s'arrête pas là , je reprends mes esprits (et mon accessoire)...je feuillette à nouveau, je tourne encore quelques pages, j'admire des illustrations, je sens que j'approche du but...

 

« titre : n.m. (lat. titulus) mot, expression, phrase, etc. servant à désigner un écrit, une de ses parties, une œuvre littéraire ou artistique, une émission, etc., à en donner le sujet »

 

Suite à cela, deux choses peuvent être écrites : la première et la seconde...

 

-         la première question est devenue inintéressante (pour certains, elle l'a toujours été) puisque l'intitulé est en fait un titre.

 

-         Difficile après tout cela de donner une réponse à la première question puisqu'on ne connaît pas la différence entre l'intitulé et le titre

 

« Tout cela pour ça » diront certains, et bien,  je le répondrais que non, une question reste en suspens : la seconde...faut-il intituler ou titrer les articles de ce blog ?

 


 

à suivre...ou pas
Repost 0
Published by l'auteur
commenter cet article
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 18:26
plongeon dans la réalité du monde virtuel...bond dans la blogosphère (comme il parait qu'il faut dire...)
...découverte de cet aileurs où, parait il, régne la liberté d'expression...

ouais, enfin, avant d'en arriver là, le chemin est sans doute un peu plus long que prévu...

inscription avec demande de moultes informations...et première difficulté: le choix d'un identifiant tellement bien que personne n'aura voulu le prendre auparavant...d'autres champs tous aussi complexes restant à remplir

...envoi d'un e-mail de confirmation...pour vérifier que l'adresse donnée existe réellement et pour confirmer (logique) la création du compte...encore quelques étapes et plusieurs minutes plus tard et ça y est, [...]
le blog, ce lieu, reflet de la réalité du monde virtuel...

monde merveilleux peut-etre, encore faut il que je comprenne à quoi servent toutes les options qui sont mises à ma disposition ???
Repost 0
Published by l'auteur
commenter cet article