Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

...

   
contact

 

pour en (a)voir encore plus 

facebook-copie-2

twitt-copie-1 rss-copie-1

Ajouter à Netvibes

http://www.wikio.fr

18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 15:22

Je n'ai pas encore réussi à me faire un avis ferme et définitif sur le port de la burqa ainsi que sur l'utilité d'une loi...

Eric Besson, "l'homme le plus détesté de France" selon l'hebdomadaire Marianne, a, quant à lui, clairement pris parti pour l'adoption d'une loi.

Il motive sa décision sur le fondement du respect de la dignité humaine en comparant la situation à celle qui a pu exister au temps où l'on pouvait encore s'amuser en lançant toujours plus loin des nains.

Une fois passé la récréation et les blagues que chacun imagine déjà au sujet des personnes de petite taille (c'est comme ça qui faut dire) célèbres...ou pas, une autre question hante mes nuits...

Le principe de respect de la dignité humaine ??? kézako

Concept devenu à la mode, le Conseil Constitutionnel en a fait en 1994 un principe de valeur constitutionnelle.
Depuis, les textes qui l'invoquent sont de plus en plus nombreux...
Le Code pénal, par exemple, mentionne expressément les atteintes portés à la dignité qui trouve désormais une place de choix dans un cours de droit pénal spécial...

Le terme n'en est pas pour autant explicité...
Le Jurisclasseur pénal (une sorte de grosse encyclopédie dans laquelle le juriste, même amateur trouve souvent son bonheur) tente tant bien que mal de proposer une définition :
"ce qui abaisse ou avilit l'être humain en tendant à la réification de son corps ou en portant atteinte aux droits essentiels de la personnalité."

Enfin, bref, la notion existe, elle est invoquée ici et là pour justifier ceci ou cela et notamment quelques restrictions...
Mais bien malin celui qui pourra développer quelques lignes sur la notion...

On n'est parfois plus proche de l'improvisation philosophique que du raisonnement juridique...enfin bon, c'est comme ça...

Si une loi devait voir le jour, je me rapprocherais plus de l'argumentation de Guy Carcassonne qui souhaite que le texte soit fondé sur la notion de trouble à l'ordre public et qu'il ne se limite pas à viser la burqa mais ait vocation à s'appliquer beaucoup plus largement...
Repost 0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 14:55

Un homme photographie son jeune garçon alors que celui-ci est entrain de prendre son bain, il publie le cliché sur sa page personnelle dans un site de réseau social afin de le montrer à sa famille et quelques amis...
Un autre homme récupère l'image et la rend accessible sur un site au contenu pédopornographique...
La justice s'en mêle...

Le père de l'enfant se retrouve alors devant les tribunaux ; accusé d'avoir laissé utiliser l'image de son enfant, d'avoir permis que le cliché finisse devant d'autres yeux que ceux des parents et amis, que la photo ait pu être détournée de son objet d'origine.

Comme souvent dans ce genre d'affaire, les rumeurs les plus folles se mettent à courir, les amis se font rares...et le présumé innocent en détention...

Soyons rassurés, tout cela n'est que de la fiction ; un scénario d'un épisode d'une série américaine avec des avocats vengeurs de la veuve et de l'orphelin (entre autre) et un ministère public, plus attentif à son rôle d'accusateur que de représentant de la société...
 



Ouvrons donc ce joli bouquin rouge intitulé "Code Pénal" français. Tournons vite les pages, allons dans la table alphabétique au terme "pédophilie"...
On en arrive à l'article 227-23,

Arrêtons nous un instant sur le deuxième alinéa,
celui-ci réprime le fait d'offrir, de rendre disponible ou de diffuser l'image ou la représentation d'un mineur lorsque celle-ci présente un caractère pornographique, par quelque moyen que ce soit, de l'importer ou de l'exporter, de la faire importer ou de la faire exporter.

Suite à une déviance estudiantine, j'ai une tendance à vouloir commenter et interpréter les textes qui me tombent sous la main... enfin, pas toujours quand même...

Allons-y pour un bref discours de juriste de café du commerce :
 
Et bien voici un texte très large qui sanctionne aussi bien l'offre, la mise à disposition, la diffusion, l'importation ou l'exportation (ou de le faire faire par une autre personne)... Bref, on sanctionne à tous les niveaux

De plus, l'alinéa ne vise l'image ou la représentation d'un mineur lorsque celle-ci présente un caractère pornographique...
On se contente pas des photos ou vidéos montrant des mineurs, on vise beaucoup plus loin, on élargit au maximum le champ d'application en ajoutant la simple représentation du mineur ayant un caractère pornographique... autrement dit, mettre à disposition des extraits d'un manga (dans le cas où l'on retrouve les deux éléments : représentation du mineur à caractère pornographique) est théoriquement puni par ce texte...


Donc, si on pousse le bouchon un peu loin...
Vous avez un enfant, un frère, une soeur, un cousin, une cousine, un neveu, une nièce, un ami, une amie...
Vous avez facebook ou un autre de ces semblables
vous aimez beaucoup (en tout bien tout honneur) votre enfant, votre frère, votre soeur...
Vous mettez donc une photo de lui ou d'elle, mineur(e)...
le cliché a un petit côté "osé" mais vous vous dites que bon après tout "il y a rien de bien méchant là-dedans"
Quelqu'un de pas très gentil vous pique la photo et la publie dans un autre contexte à destination d'un autre public

...

une seule question demeure (d'ailleurs, vous alliez me la poser) : et l'intention de commettre l'acte répréhensible dans tout cela ???

N.B : pour ceux qui aime se retourner le cerveau, c'est quoi au juste une image ou une représentation à caractère pornographique ??? (vous avez trois heures et on ne copie pas sur son voisin ou sa voisine)

Repost 0