Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

...

   
contact

 

pour en (a)voir encore plus 

facebook-copie-2

twitt-copie-1 rss-copie-1

Ajouter à Netvibes

http://www.wikio.fr

20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 15:53

Je me baladais tranquillement dans la rue89 quand j'ai aperçu sur le côté gauche une petite vidéo intitulée "les panthères roses vomissent et sont traitées de fascistes de gauche", je l'ai visionné et je n'ai pu poster qu'un seul message :
"j'ai du mal à dire ce que je pense à ce moment précis...mieux vaut que j'évite... je préfère aller vomir..."
J'ai voulu essayer de comprendre un minimum le contexte, c'est pourquoi je me suis rendu sur le site des panthères roses (que je connaissais pas avant)...
Je ne pouvais m'arrêter là...
je me décida alors à envoyer un mail dans le but de demander l'autorisation de publier sur mon blog ce que je venais de voir...
La réponse fut rapide...

Voici donc, avec leur aimable autorisation, l'article publié sur le site des panthères roses

 


 

 

Identité nationale : la nausée. Besson et l’UMP interpellés au Cercle Foch

 

Lors du dernier débat parisien sur l"identité nationale" lundi 18 janvier 2010 au Cercle Foch (16e), des Panthères roses ont exprimé à Eric Besson et à l’UMP ce que ce "débat" leur inspire : la nausée.

.

Réunie dans le 16e arrondissement de Paris, une assemblée constituée principalement de militants d’extrême droite triés sur le volet était venue « débattre » avec le ministre Besson. Des interventions toutes plus racistes les unes que les autres se sont succédées, des demandes de suppression du droit du sol en France, à l’obligation de renier sa nationalité pour qui deviendrait français...

Cette surenchère avec les thématiques chères au FN ayant dépassé, depuis des mois, les limites du surmontable, les Panthères Roses, prises de nausées, ont vomi de dégoût face au racisme décomplexé que propage ce « grand débat ».

Les militant-e-s féministes et antiracistes ont ensuite quitté les lieux sous les insultes et la violence de la salle, aux cris de "nos identités ne sont pas nationales" et "de l’air, de l’air, à bas les frontières". Le député Bernard Debré, qui organisait la rencontre, a qualifié cette intervention de "fascisme de gauche" !

Les Panthères roses demandent la suppression du Ministère de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire. Nous exigeons, à la place :
- une réelle égalité des droits, quel que soit lieu de naissance, la religion, la couleur de peau, le sexe, l’orientation sexuelle, l’identité de genre ou l’état de santé ;
- des mesures éducatives d’ampleur contre le racisme, l’antisémitisme, le sexisme, l’homophobie, la transphobie, la lesbophobie, qui vont au-delà de bonnes intentions et d’incantation à la tolérance ;
- une politique de redistribution des richesses.

Intervention des Panthères roses lors de l’interpellation du Ministre de l’Immigration, de l’Intégration et de l’Identité Nationale, le 18 Janvier 2010 :

"Nous sommes heureuses de pouvoir apporter ce soir une contribution à la hauteur du "grand débat sur l’identité nationale". Un débat qui sent le rance d’un pays renfermé sur lui-même ; un débat qui désigne en creux les arabes et les musulmans comme des boucs émissaires au lieu d’assurer la justice sociale ; un débat qui exclut au lieu d’instaurer une réelle égalité des droits entre toutes et tous les résident-e-s de ce pays. Un débat qui donne la nausée... "

 


 

 

Dans le mail que j'ai reçu en retour, les panthères roses m'ont également indiqué d'autre liens

 

http://www.pantheresroses.org/Les-Pantheres-roses-vomissent-sur.html


http://www.pantheresroses.org/Un-badge-pour-le-dire-mon-identite.html


à lire ailleurs

 

l'article de yagg sur le sujet : Identité nationale: les Panthères roses vomissent pour fustiger “un débat qui donne la nausée”

Repost 0
Published by l'auteur - dans identité nationale
commenter cet article
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 17:05

Il était une fois... Toutes les histoires commencent comme cela...
et la suite... et bien, parfois, elle a du mal à venir ; partie se planquer on ne sait trop où...
angoisse de la page blanche, manque de motivation, panne d'inspiration...

Je n'en étais peut-être pas arrivé à ce point là...
Je regardais passer le train train de l'actu sans avoir envie de monter dedans...
Je restais sur le bas-côté comme un simple spectateur du quotidien ; pas envie d'en faire plus...
Quelques réflexions solitaires, aucune motivation supplémentaire...

Les sujets n'ont pourtant pas manqués, assez pour faire moultes articles... d'ailleurs j'en ai vus, j'en ai lus, j'en ai commentés...
Je me suis promené (j'ai surfé comme ils disent)
J'ai découvert des choses et d'autres...en autre un ministre qui s'en prend au Conseil Constitutionnel (j'en avais des choses à dire à ce sujet, je les ai gardées pour moi), des sans-papiers qui ont travaillé pour l'Assemblée Nationale...
des chiffres de la délinquance qui baissent du moins officiellement, et puis je me suis souvenu de ce que j'avais lu quelques jours plutôt sur liberation.fr, je suis allé faire un tour dans la rue89 et j'ai aussi lu le très bon article publié sur le mur, au café des droits...et j'ai poursuivi seul mes réflexions statistico-criminologiques sans grand intérêt...

Mon voyage à travers la toile s'est poursuivi, de nouvelles plumes me sont apparues parmi lesquelles le propriétaire de ce blog, qui se présente lui même comme écrivain et peintre, découvert par hasard au fur et à mesure de nombreux clics quotidiens... il méritait bien un petit coup de projecteur...

[...]

Je pourrais continuer comme cela pendant longtemps, ce n'aurait pas grand intérêt...
Mieux vaut abréger vos souffrances de lecteur et en venir rapidement à la seconde partie de mon propos...
Du manque d'inspiration... à l'envie de mettre en valeur une contribution sur l'identité nationale...

C'est en me promenant, voir même en errant, sur différents sites à la recherche de deux ou trois lectures que je suis tombé, quasiment isolé dans une petite ruelle, sur un papier publié sur liberation.fr relatant le témoignage d'un étudiant en droit ayant pris l'initiative de publier sa contribution au débat sur l'identité nationale...


 

Monsieur le président de la république française,

 

En tant que jeune français habitant le département de la seine Saint-Denis, j’ai envie de porter à votre connaissance ma modeste contribution sur la question posée par le débat sur l’identité nationale, je dois vous faire part d’une confidence « je ne me reconnais pas dans cette France ».

la suite se trouve là...

Repost 0
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 15:49

...ou comment une petite info à peine entendue de bon matin finit par devenir un article...



Ce matin, je me suis réveillé tôt, enfin un peu plus que d'habitude...
Je me suis dit que j'allais m'informer ou plus exactement que j'allais écouter les nouvelles que l'animateur matinal avait sélectionné pour moi...
J'allumai le poste de radio qui me proposa directement le programme d'une station au hasard ; bizarrement, il me semblait avoir l'habitude de l'entendre...

Quelques temps plus tard, le journal de huit heures commença...
Ah, le journal de huit heures, c'est la grande classe, c'est un peu, comme certains le disent, "la grande messe" de la matinale...
Le titulaire du microphone dont le nom m'échappe fit bon usage de son outil de travail en distillant doucement mais sûrement un certain nombre de nouvelles toutes aussi palpitantes les unes que les autres...
Ça y est !!! je venais de m'informer ou plutôt, on venait de me dire ce que je devais savoir...

Dans la longue liste, quelques éléments m'avaient intéressés et un m'intriguait beaucoup...
J'avais cru entendre que certains députés UMP avaient déposé une proposition de loi visant à interdire les drapeaux étrangers lors des cérémonies de mariage.
J'avais cru que le journaliste avait ajouté que certains maires montraient déjà le bon chemin en sortant de merveilleux arrêtés afin de régler le problème...

Je ne devais sans doute pas être bien réveillé...


Enfin levé, petit déjeuner avalé, douche prise...mais le matin n'était pas fini ; loin de là... Il fallait donc que je m'occupe...
Par un heureux hasard un petit peu provoqué, au cours d'un voyage merveilleux sur la grande toile, je finis par trouver deux ou trois trucs à lire et notamment un petit article sur liberation.fr

Finalement, j'étais bien réveillé...


L'après-midi arriva, je ne pouvais pas en rester là, je voulais en savoir plus...
Après avoir effectué deux ou trois activités sans grand intérêt, l'étude de ce qui n'était qu'une nouvelle parmi tant d'autres m'attentait...

Faisons un effort, virons le contexte et gardons le texte...
Il s'agit donc d'une proposition de loi enregistrée à la présidence de l'Assemblée nationale le 5 novembre 2009 visant à faire respecter les symboles républicains lors des célébrations de mariage se tenant dans les locaux des mairies.
Tout un programme...

Comme il est de coutume et pour montrer que le texte ne sort pas de nul part, un petit exposé des motifs s'impose ; sa lecture est vivement conseillée, son commentaire peut être fait...

On part donc du postulat que la France traverse une crise d'identité (heureusement, un grand débat est là pour y mettre un terme)
On s'appuie pour démontrer cela sur des exemples significatifs :
"Les sifflements répétés du Stade de France (France-Algérie en 2001, France-Maroc en 2007 et France-Tunisie en 2008) ainsi que diverses manifestations de non respect de l’identité française (comme l’affichage de drapeaux étrangers au cours de cérémonie de mariage en Mairie) "

Ces pratiques dérangent, selon les auteurs, "la conscience nationale".
Alors que "la définition officielle" de l'identité nationale n'est pas encore établie, voilà que ces gentils députés nous parlent de la conscience nationale... Personnellement, j'ai un peu de mal à saisir la notion mais je reste ouvert pour recevoir tout complément d'information.

Comme si cela ne suffisait pas, les parlementaires voient dans les drapeaux étrangers lors des cérémonies de mariage des "comportements irresponsables contre les symboles de notre République", "des attitudes provocatrices et hostiles à notre pays"

Bref, comme ils le disent si bien :
 "il faut choisir : ou bien l’on décide de s’unir à l’être aimé lors d’un mariage, uniquement drapé aux couleurs de la République (et l’on en épouse alors tous les principes) ou bien l’on y renonce, en toute liberté."

[...]

Vient alors le tour de la proposition proprement dite.
Un seul et unique article ; il n'en fallait pas plus de toute façon ; tout le travail se manifeste déjà dans l'exposé des motifs...
Il s'agit en fait de compléter l'article L. 2212-2 du code général des collectivités territoriales en y ajoutant un alinéa.

Ce texte énumère un certain nombre de points relatifs à la police municipale dont le maire à la charge...
Oui mais car oui, il y a un mais... Lisons le texte
Il y a un principe : La police municipale a pour objet d'assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques.
La suite du texte n'est qu'une liste non limitative d'illustrations (dont je vous recommande d'ailleurs la lecture) de ce principe  ; le "notamment" ne se trouvant pas là que pour faire joli...

Donc théoriquement, compléter cet article ne sert pas à grand chose mais cela doit être rassurant de se dire que c'est écrit quelque part...

D'ailleurs, les maires qui ont déjà pris des arrêtés à ce propos n'ont fait qu'user de leur pouvoir de police administrative...
Pourquoi dès lors vouloir l'inscrire dans la loi ???

Enfin bon, passons à la suite.

Voici le coeur du texte :
 "le maire, ou l’un de ses adjoints officiant, peut à cette occasion, s’il l’estime nécessaire, interdire aux participants d’arborer des drapeaux ou signes d’appartenance nationale autres que ceux de la République française"

Donc, pour que le maire décide d'appliquer l'interdiction, encore faut-il qu'il l'estime nécessaire... Autrement dit, qu'il considère que ces actes portent atteinte au bon ordre ou à la sûreté ou à la sécurité ou à la salubrité publique...
Auquel cas, il fera alors usage de son pouvoir de police...

Pour finir sur une note positive, notons tout de même que l'inscription à l'ordre du jour de l'Assemblée de ce texte n'est pas prévue...mais le message est passé, c'est doute malheureusement ça l'essentiel...
 

Repost 0