Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

...

   
contact

 

pour en (a)voir encore plus 

facebook-copie-2

twitt-copie-1 rss-copie-1

Ajouter à Netvibes

http://www.wikio.fr

25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 15:16

Invité à répondre aux questions de Jean Michel Apathie ce matin au micro de RTL, Brice Hortefeux, alors qu'il était interrogé sur un éventuel lien entre la présence de roms sur le territoire français et la délinquance, a trouvé une occasion supplémentaire de justifier son action en déclarant :

"Il n'y a pas de statistiques sur la délinquance par communauté, mais il y a des statistiques par nationalité et j'observe par exemple que la délinquance de nationalité roumaine avait augmenté l'année dernière de 138% à Paris"

 


Difficile de confirmer ou d'infirmer une telle affirmation par manque d'éléments permettant notamment de relever de tels chiffres.
Il est toutefois raisonnablement permis de penser que ces informations proviennent du système de traitement des infractions constatées (STIC) qui contient, parmi différents données, la nationalité.

Mais, dans ce cas, il est devient compliqué d'accepter, même si elle est exacte, sans réagir l'affirmation faite par le ministre et cela pour différentes raisons.

 

 

 

Tout d'abord, si la question porte sur un éventuel lien entre présence de roms sur le territoire français et délinquance, la réponse est relative à la délinquance de nationalité roumaine à Paris.
Constatons le décalage, d'un côté, les roms sur le territoire national ; de l'autre, les roumains et uniquement à Paris.

 

 

 

Ensuite, si les chiffres proviennent bien du STIC, il faut alors noter que ce fichier est constitué des données concernant "des personnes à l'encontre desquelles sont réunis [...] des indices graves ou concordants rendant vraisemblables qu'elles aient pu participer comme auteurs ou complices à la commission d'un crime, d'un délit ou d'une contravention de 5e classe (le texte prévoit à ce sujet une liste limitative.)"
Donc, rien ne dit que toutes les personnes fichées ont été condamnées pour les faits justifiant leur inscription ; il s'agit seulement d'individus mis en cause.
Ajoutons à cela que des informations concernant les victimes des infractions sont également recueillies et n'oublions pas les nombreuses critiques faites au sujet de ce fichier provenant de la CNIL ou, plus récemment, dans un article publié sur rue89.

 

 

 

Enfin, que penser de cette augmentation de 138 % ?
En fait, à la simple lecture de cette valeur absolue, il demeure assez difficile de conclure quoi que ce soit.
Des faits sont commis ;  certains d'entre eux sont peut-être susceptible d'être qualifié d'infraction pénale ; parmi ceux-ci , quelques uns peuvent être portés à la connaissance des autorités compétentes ; une plainte a pu être déposée ou simplement une main courante (celle-ci n'ayant aucune conséquence ; elle ne fait qu'informer d'une certaine situation) ; et puis, selon les priorités et les orientations du moment, la suite donnée à l'affaire peut-être différente...

Admettons que la consultation du STIC permettent de constater une telle croissance, cela voudrait seulement dire que les personnes de nationalité roumaines sont encore plus souvent mises en cause au sujet de faits commis sur Paris donnant lieu à enquête ; de là à en déduire un lien entre présence de roms sur le territoire français et délinquance, il y a théoriquement encore un peu de chemin à faire.

Et, même si nous partions du principe que la délinquance de nationalité roumaine a effectivement augmentée, encore faudrait-il s'intéresser à la nature des infractions commises et voir à quel point elles nuisent à l'ordre public.

Partager cet article

Repost 0

commentaires